La robotique au service de la crois… – Information Centre – Research & Innovation

Joseph B. Hash

Les villes surpeuplées ne sont pas un environnement exceptional pour la croissance des plantes. Une équipe de chercheurs financés par l’UE a recours à la robotique pour aider les plantes à prendre les tailles et configurations qu’exigent les milieux urbains. Ainsi, les villes pourraient bientôt bénéficier d’une infrastructure verte utilisée […]

Les villes surpeuplées ne sont pas un environnement exceptional pour la croissance des plantes. Une équipe de chercheurs financés par l’UE a recours à la robotique pour aider les plantes à prendre les tailles et configurations qu’exigent les milieux urbains. Ainsi, les villes pourraient bientôt bénéficier d’une infrastructure verte utilisée pour tout de la generation alimentaire au contrôle du climat.


Image

© willyam #297885268, supply:stock.adobe.com 2020

Nous sommes désormais tous parfaitement conscients de l’émergence des robots. En vérité, les robots et les systèmes robotiques sont déjà en coach de changer notre façon de travailler et de conduire. Les scientifiques développent même des abeilles robotisées pour aider à la pollinisation des cultures. Mais des plantes robotisées? Cela semble tout droit sorti de la dernière superproduction de science-fiction.

C’est pourtant exactement ce que le projet Flora Robotica, financé par l’UE, entend réaliser.

«Plus de la moitié de la population mondiale vivant désormais dans les villes, la société perd rapidement le contact avec la nature», explique Heiko Hamann, professeur de robotique de company à l’Université de Lübeck. «Mais même dans les environnements urbains “non naturels”, les plantes peuvent être utilisées à toutes fins, de la generation alimentaire au contrôle du climat.»

Par exemple, si les plantes étaient cultivées verticalement sur un mur intérieur, elles pourraient contribuer à contrôler la température d’un bâtiment. De même, si les plantes pouvaient pousser dans de petits espaces – ou même dans des zones peu ensoleillées – les villes seraient en mesure de tirer pleinement parti du potentiel de l’agriculture urbaine. «Malheureusement, les plantes naturelles ne sont pas programmées pour se développer dans ce style d’environnement urbain», explique Heiko Hamann. «C’est pourquoi nous nous sommes tournés vers la robotique.»

Fusionner la technologie avec la nature

En fusionnant la technologie et la nature, le projet flora robotica construit un écosystème hybride où la robotique aide les plantes à croître automatiquement dans les formes, tailles et configurations non naturelles imposées par les environnements urbains. Selon Heiko Hamann, l’équipe a identifié, conçu et testé avec succès plusieurs méthodes pour faire pousser des plantes à différentes échelles et avec différents degrés de précision – y compris une plante special able de recouvrir un mur entier.

En intégrant des capteurs et d’autres systems intelligentes entre les plantes, les chercheurs apprennent également à connaître la capacité d’une plante à pousser dans des climats intérieurs. «Grâce à l’intelligence artificielle et à l’apprentissage automatique, nous pouvons maintenant prédire le comportement d’une plante dans un environnement spécifique et, sur cette foundation, contrôler son mouvement et sa croissance directionnelle», explique Heiko Hamann.

Cette technologie a déjà été commercialisée par Cybertronica, l’un des partenaires industriels du projet. Son software permet aux utilisateurs de percevoir le bien-être d’une plante et de procéder aux ajustements nécessaires pour améliorer la photosynthèse. Heiko Hamann souligne, qu’à l’avenir, cette même technologie pourrait être utilisée pour orchestrer le mouvement des feuilles d’une plante. «Tout comme les stores d’une fenêtre, nous serions en mesure de contrôler extérieurement la position des feuilles pour rendre un mur vert transparent ou opaque», ajoute-t-il.

Le futur est vert

Selon Heiko Hamann, le futur est vert, et les systems et méthodes développées par le projet flora robotica représentent un pas vital vers ce futur. «Les méthodes développées dans le cadre de ce projet donneront aux architectes et aux urbanistes la confiance nécessaire pour ajouter des plantes vivantes dans leurs projets», précise-t-il. «Les citoyens en bénéficieront également, automobile la robotique arrosera automatiquement vos plantes et s’assurera qu’elles reçoivent suffisamment de soleil.»

Bien que le projet lui-même soit désormais terminé, les travaux se poursuivent. L’équipe de flora robotica go on non seulement à développer ses systems, mais elle s’efforce également de mettre cette technologie “en pratique” en construisant un mur extérieur de grande envergure. Ce mur, qui sera recouvert de plantes cultivées grâce au système de flora robotica, pourra être exposé lors de salons de l’architecture et d’autres événements.

Next Post

What U.S. elections mean for investors

Several activities can be as uncertain and past as prolonged as the run-up to a U.S. presidential election. For a year or additional, the election is regularly in the news, frequently in the context of how it may possibly affect expenditure portfolios. Numerous observers, which include some in the expenditure […]

Subscribe US Now